Gouvernance vertueuse :Et si Damiba mettait à l’écart les OSC de la « politique du ventre » ?

Gouvernance vertueuse :Et si Damiba mettait à l’écart les OSC de la « politique du ventre » ?

Alors que le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration, ce groupe de militaire, qui a pris le pouvoir en déposant Roch Kaboré, continue de tracer ses sillons ; des organisations de la société civile, comme toujours ont fait entendre leurs voix. Et, comme toujours, avec le même leitmotiv : « nous soutenons…, nous encourageons… ; nous sommes avec …, etc ».
Et si Damiba mettait à l’écart les OSC de la « politique du ventre », pour une gouvernance vertueuse ?

Depuis l’avènement du MPSR, elles sont nombreuses les organisations de la société civile, dites OSC, à faire des déclarations. Comme de par le passé, les mêmes sons de cloches ont retenti. Des conférences de presse aux plateaux de télévision, elles déchirent le silence de l’opinion publique et prétendent apporter un soutien infaillible au lieutenant colonel Damiba, devenu président du Faso et l’homme fort du pays.
« Chanter les louanges de Damiba, comme ils le firent jadis à Kaboré »
Même celles qui défendaient le régime déchu se sont mis dans la danse. Des OSC ad hoc ont été même mises en place et sont rentrées dans le cirque pour chanter les louanges des « nouveaux libérateurs du pays ». Pour certains observateurs, leurs gestes sont connus ; tout cela, c’est dans le but d’avoir des postes de responsabilités par la séduction des militaires.
Pour une gouvernance vertueuse, rompre le paradigme
Damiba et ses hommes ont intérêt à mettre à l’écart ses organismes qui ne sont guidés que par leur ventre. Ce sont ces mêmes griots qui ont conduit le Président Kaboré et autres dans le chaos. Et, comme toujours, ce fut le même leitmotiv : « nous soutenons…, nous encourageons… ; nous sommes avec …, etc ». C’est encore elle qui autrefois qui chantaient « Roch la solution, Blaise Comaporé le beau ». Et aujourd’hui encore, on les voit venir. Mais pour changer de paradigme, Damiba gagnerait mieux à mettre à l’écart ces OSC de la « politique du ventre », pour une gouvernance vertueuse.

Daouda SAWADOGO, journaliste essayiste.

moderateur modrateur 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x

error: Content is protected !!