Burkina : Les chefs traditionnels et coutumiers parlent à nos frères terroristes.

Burkina : Les chefs traditionnels et coutumiers parlent à nos frères terroristes.

Le Burkina Faso fait face depuis 07 ans à des attaques terroristes. Des régions du pays sont pratiquement assiégées par des groupes armés qui sèment le chaos et la terreur.  Plus d’un million de personnes ont abandonné leurs villages devenant ainsi des déplacés internes et plus d’un milier de morts. L’État dans sa mission régalienne de protéger les citoyens s’active pour le retour de la paix.

Si l’identité des assaillants semble être méconnu il est unanime que ce sont des fils et filles du pays qui contribuent à ses massacres contre leurs propres frères. C’est conscient du rôle qu’ils jouent que des chefs  supérieurs coutumiers et traditionnels se sont réunis ce 29 juin pour lancer un appel aux fils et filles du pays qui ont volontairement ou par force pris les armes de les déposer. C’était au palais du moogo naaba baongo.
La réunion prévue à 14 h a finalement commencé à 15h car des leaders religieux et chef coutumiers n’étaient pas encore au rendez-vous. Après les salutations et les éloges  faits aux chefs, place au principal  sujet du jour: l’appel aux fils et filles qui ont pris les armes de les déposer. Afin de mieux se faire comprendre le message a été livré en quatre langues dont le fulfudé, le Dioula, le mooré et le français.
‹‹Nous sommes dans l’obligation de prendre la parole aujourd’hui. Nous appelons l’ensemble des Burkinabè à se tenir main dans la main, parce que c’est ensemble que nous pourrons construire ce pays. Malgré nos divergences religieuses, politiques, nous sommes appelés à évoluer ensemble pour avoir la paix dans notre pays.Nous invitons les fils du Burkina qui ont des intérêts divergents avec la nation à déposer les armes ›› ont-ils appelé.
L’actualité récente émaillée par des discours de haine dirigée contre certaines communautés n’a pas échappée aux leaders coutumiers et traditionnels.
‹‹ Des messages de haine et de divisions se sont faits entendre ces derniers jours. Cela ne favorise pas le vivre-ensemble que nos ancêtres nous ont légués. En tant que défenseurs de la tradition, nous condamnons ces messages de haine. Nous appelons les autorités à s’impliquer véritablement pour que le pays retrouve la quiétude », a déclaré le porte-parole des autorités coutumières.›› ont-il souligné.

Les chefs supérieurs coutumiers et traditionnels signataires sa Majesté Naaba DJIGUIMPOLE, Roi de ZOUNGRANTENGA (TENKODOGO); sa majesté Naaba KIBA, Roi du YATENGA, (OUAHIGOUYA), sa majesté Moogho Naaba BAONGO, Roi de l’OUBRITENGA, (OUAGADOUGOU); sa majesté Naaba SIGRI (roi du BOUSSOUMA); sa majesté l’Emir du Liptako DORI; sa majesté l’Emir de DJIBO; le chef suprême des BOBO Mandare (chef du canton de BOBO DIOULASSO)
le POPE, chef du canton de PO; le chef du canton de DEDOUGOU; le chef du canton de GAOUA.

eclairinfo.net

moderateur modrateur 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x

error: Content is protected !!